Cette page est soumise à un copyright,

merci de consulter les "mentions légales".

 

 

Amplificateur Luxman A-384

 

1°) Présentation générale :

L'A-384 est un amplificateur intégré fabriqué entre 1994 et 1996. Il était vendu aux environs de 500 euros.

Contrairement à ce qu'on trouve un peu partout sur internet au sujet de cet appareil, il n'a pratiquement rien à voir avec les séries LV10X et LV10Xu : le seul point commun est de mélanger tube et transistors est c'est tout.

D'abord la commutation de sources est électronique, ensuite on a un vrai préampli à tube (12AU7), et ensuite un vrai ampli de puissance complet à bipolaires assez évolué d'ailleurs puisque c'est un circuit Locanthi ! Dans les LV précités le tube est inclus dans le circuit d'amplification (il réalise l'amplification en tension) et les transistors de sortie sont des MOSFET.

Il est télécommandable, avec de nombreuses options au niveau sorties enregistrement.

 

a) Partie mécanique :

C'est pas mal fait avec un système façade/contre-façade, un boîtier classique en double U.

Les boutons sont en plastique assez cheap.

Le défaut absolument majeur est qu'il n'y a aucune trappe inférieure pour le dépannage !!! Il faut donc défaire la face arrière, et de très nombreuses nappes pour arriver à sortir le PCB principal !

 

b) Partie électronique :

Sur le plan théorique c'est un très bon appareil, le schéma est très bien pensé. Les composants sont de bonne qualité, par contre la réalisation est très limite : les connecteurs sont très moyens, les pistes fragiles, c'est un peu à l'économie... Ceci n'est pas gênant pour une utilisation courante, par contre en dépannage c'est vraiment pas facile.

Spécifications constructeur :

- Puissance sinus efficace continue : 2 x 80 W sous 8 ohms

- THD sous 8 ohms 20 Hz à 20 kHz : 0,05%

- SNR : MC : 62 dB, MM : 82 dB, Lines : 100 dB

- BP : 20 Hz - 20 kHz +/- 0,5 dB Phono

- BP : 20 Hz - 20 kHz + 0,5 dB, -1,5 dB Lines

- Dimensions : 43,8 x 12,7 x 36,9 cm

- Masse : 10 kg

 

Les entrées sont commutées de façon électronique. On trouve ensuite un préampli avec correcteur de tonalité et balance. Ce préampli utilise la 12AU7, l'alimentation "HT" étant en fait l'alim de puissance du circuit ampli de puissance soit à la louche du 70 VCC. Cette faible tension est compensée par le gain très élevé de l'ampli de puissance.

L'entrée PHONO est basculable MM/MC, elle est partiellement en discret (2SA929) et en intégré : NJM4580L (double AOP à faible bruit).

L'appareil est télécommandable.

Il possède des entrées et sortie vidéo qui ne sont plus d'aucun intérêt aujourd'hui, ainsi qu'une sortie bus pour la télécommande d'autres appareils.

L'ampli de puissance est un classique classe AB de très bonne facture, avec en particulier un circuit d'amplification en courant de type Locanthi (ou "T-circuit), qui est un excellent circuit en particulier en terme de distorsion, il a été utilisé en particulier sur tous les amplificateurs LEACH, sur certains amplificateurs JBL, Pioneer et Onkyo. Ce circuit a été breveté en 1966.

On trouve un système de protection en température, courant et une tempo via relais, réalisée par le sempiternel TA7317.

 

2°) Problème à la réception :

Pas de son.

 

 

3°) Recherche des causes et dépannage :

Problèmes sur l'alimentation faible puissance.

Une modification a été demandée : possibilité de séparer la partie pré-ampli de l'amplificateur de puissance en neutralisant les entrées et sorties "processor" et en mettant un câble cavalier à l'arrière.

Toutes les fiches entrées sorties (qui sont de qualité très moyenne) ont été changées (les trois entrées CD, Tuner, AV,  l'avaient déjà été).

Le relais qui pose souvent pb sur cet appareil avait déjà été changé et n'a donc pas été touché.

 

 

4°) Le dépannage en images :

Les pbs sur l'alimentation basse puissance nécessitaient une intervention sur le PCB lié à la façade. Comme il n'y a pas d'accès possible par en dessous, il faut déposer la façade. Encadrée en bleu ci-dessus la lampe de préamplification.

 

Gros plan sur la lampe et sur deux condo changés (pointés en vert) en préventif. A noter que les anneaux en caoutchouc ont été laissés en place bien qu'ils ne servent absolument à rien : il s'agit encore d'un baratin audiophile... Il est absolument impossible physiquement que des anneaux en caoutchouc aient une quelconque influence sur les électrons qui circulent dans le vide assez poussé de la lampe !!! On ne trouve d'accessoire extérieur aux lampes et ayant vraiment une utilité que sur les étages HF des vieux récepteurs radio ou TV : il s'agit de blindage en métal entourant la lampe et relié à la masse :

Sur ce cliché d'un vieux poste TSF, on voit très bien ces blindages (lampes entourées en rouge). On note une lampe dépourvue de blindage : c'est celle qui correspond à l'étage BF.

Les anneaux de caoutchouc ne servent absolument à rien, simplement c'est facile à installer ça coûte rien à fabriquer et ça se revend très bien sur internet, et comme se sont les personnes qui installent ces anneaux qui font également l'écoute, il est obligé qu'elles constatent une différence, sauf à être parfaitement objectives ce qui dans ce cas est totalement impossible puisque l'expérimentateur est aussi le testeur !!!

 

L'appareil fini vue de l'arrière :

- encadré en jaune : le PCB de veille et alim servitudes dont les condensateurs de filtrage ont été changés.

- au fond platine de préamplification (avec là aussi des changements de condo et régulateurs) et commande interface utilisateur.

- cerclés en rouge de nombreux connecteurs assez courants et un peu légers.

- on voit aussi à l'arrière les sortie/entrée du bus (en vert fluo) et tout à fait à droite une plaque pour identifier la phase et le neutre... encore un gadget qui ne sert strictement à rien.

- pointés en bleu les deux paires filaires ajoutées qui permettent de séparer ampli de puissance de la partie pré-ampli.

 

Appareil fini vue de devant, encadré au fond à droite les entrées et sorties remplacées (ce n'est pas une mince affaire car il n'y a que peu de place, si les trois premières arrivent à loger, il a fallu pour les suivante refaire les isolants au tour car ils étaient trop larges.

On remarque la plaque de blindage à gauche en avant juste derrière la carte de veille, c'est un point important compte tenu de la présence du transfo de veille et de l'étage de pré-amplification qui se trouve juste derrière.

 

Vue de l'arrière modifiée :

- à l'extrême gauche les entrées déjà modifiées

- au milieu les quatre entrées/sorties TAPE

- à droite l'ancienne sortie processor modifiée en PRE OUT et AMP IN, soit donc sortie pré-ampli et entrée directe ampli de puissance.

 

 

5°) Essais et réglages :

- bias

- essais sur charge ohmique pure de 8 ohm au GBF puis avec de la musique pendant quelques heures.

 

 

6°) Bilan :

C'est un très bon appareil sur le plan schéma, ainsi que sur le dimensionnement et le choix des composants. Par contre le PCB n'est pas très solide (piste qui se décollent très facilement), c'est pas super bien organisé, les connecteurs sont un peu cheap. On sent que les choix techniques d'Alpine (qui venait de racheter la marque) ont été imposés à Luxman : beaucoup de plastique, matériel difficile à démonter, montage pensé essentiellement pour un assemblage rapide en fabrication mais pas pour un SAV efficace.

C'est un peu dommage car le concept et les choix théoriques sont très bons. Au final : un (très) bon appareil avec quelques faiblesses liées uniquement à des considérations budgétaires.

Astuce: pour enlever cette publicité Jimdo, jetez-donc un oeil sur JimdoPro... ;-)

Informations ici